En savoir + Nos acquisitions Cycle1 2014-17

« Monument Valley » de Tony Soulié

L’acquisition en photo (maison , sorry pour les reflets! )2016-07-23-11-55-35

Quelques extraits d’écrivains et d’interview qui expliquent bien sa démarche. Vidéos à voir.
Patrick Grainville, extraits de la monographie Tony Soulié, 2000-2005, Art in progress, Paris, 2006
Tony Soulié est un artiste aux multiples facettes. Avec lui, il n’y a pas de faille, création figurative et création abstraite ne font qu’une, Tony Soulié est un artiste complet, tous les modes d’expression l’interressent. Il est curieux et friand de connaissances, de savoir-faire nouveaux. On pourrait qualifier d’artiste universel. En effet, lors de ses déplaceme
« Je ne me pose jamais en photographe seul, la peinture est le fil conducteur, la déviance avec le réel, sans hiérarchie, travestie, créant une matière fluide de transit, de transe et catastrophe, la photo peinture apparaît alors comme une matière hybride « dévoratrice d’espace », d’où les vues de villes du monde, de déserts, de volcans, de vanités androgynes et ce n’est qu’à ce moment que la photo se révèle machine à créer ! »

(…) « Comment travaillez vous les photos qui servent de fond à vos tableaux ? Quand je fais la photo, je pense déjà à la peinture, je la recadre comme si je la dessinais. Après cette première épuration au moment du cadrage, les formes, les couleurs s’imposent comme des équilibres. Chaque voyage impose sa palette, ses matières. Si l’appareil entretient un rapport de code à la matrice qu’est le volcan lorsque je photographie mes installations pour les mémoriser, l’urgence de la photo m’intéresse. L’action de la peinture qui a recouvert la photo a du sens vis-à-vis de l’histoire de la peinture. L’image reste en filigrane. Dans son lien à la mémoire, elle fonctionne en palimpseste, même si comme à Sao Tomé elle n’est qu’un bandeau. Nous sommes trop dans l’image, elle suscite une réduction, autrefois la peinture existait au cœur d’un retable que l’on ouvrait. Il fallait aller chercher les choses, ce qui nourrissait la spiritualité. Face à l’omniprésence de l’image, j’essaie de moins voir pour plus ressentir, voir les choses autrement, par derrière, en profondeur et pour cela je privilégie la peinture. La peinture c’est un regard, le support importe peu. La seule justification, c’est celle de l’émotion de l’instant. Pour la restituer, je peux avoir recours à des produits divers comme le carborundum abrasif utilisé par les marbriers pour les tombes. À d’autres moments, j’ai travaillé le vernis au tampon des ébénistes parce qu’il est comme le feu. Grâce à ces produits, je continue de voyager sur place. (…) »

3 questions à Tony Soulié (3’31)

La fabrication d’une oeuvre dans son atelier (21′)

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :